Ville de Québec - Stationnement adjacent au tracé du RSTC (R.V.Q. 2861)

Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Linkedin Partager le lien par courriel

La modification au Règlement d'harmonisation sur l'urbanisme relativement à l'aménagement de certaines aires de stationnement situées le long des rues faisant partie du trajet projeté du tramway visé au projet de réseau structurant de transport en commun (RSTC), (R.V.Q. 2861) modifie la distance permise entre la limite des lots adjacents aux rues longeant le tracé du tramway et les grandes aires de stationnement.

Actuellement, la Ville exige la présence d’une bande gazonnée de 4 m entre la ligne de rue ou le trottoir et l’aire d’un stationnement en cour avant. Cette bande gazonnée se trouve sur le lot du

La modification au Règlement d'harmonisation sur l'urbanisme relativement à l'aménagement de certaines aires de stationnement situées le long des rues faisant partie du trajet projeté du tramway visé au projet de réseau structurant de transport en commun (RSTC), (R.V.Q. 2861) modifie la distance permise entre la limite des lots adjacents aux rues longeant le tracé du tramway et les grandes aires de stationnement.

Actuellement, la Ville exige la présence d’une bande gazonnée de 4 m entre la ligne de rue ou le trottoir et l’aire d’un stationnement en cour avant. Cette bande gazonnée se trouve sur le lot du propriétaire. Il ne s’agit pas ici des stationnements sur rue, mais bien des stationnements sur les terrains privés. Or, l’insertion du tramway a pour effet d’élargir l’emprise publique sur la quasi-totalité du tracé et peut avoir un impact sur les aires de stationnement adjacentes. Pour éviter que les propriétaires situés le long du tracé du tramway éliminent des places de stationnement pour préserver la bande gazonnée, la Ville propose de diminuer la bande verte de 4 m à 1,4 m. Ainsi, il sera possible de réaménager des places de stationnement, tout en conservant une zone tampon entre les aires de stationnement et la rue.

En raison de la crise sanitaire et des règles décrétées par le Gouvernement du Québec, les assemblées publiques de la Ville sont remplacées, jusqu’à nouvel ordre, par des consultations écrites.

Ce règlement est entré en vigueur le 15 juillet 2020.